Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

Voir plus
Hell O Monsters What about tomorrow

Hell'O MonstersWhat about tomorrow, 2009

RetourDétails
Scroll down button

Hell'O MonstersWhat about tomorrow, 2009

Ce dessin sur papier aux traits noirs, intitulé What about tomorrow, est composé d’une multitude de personnages agglomérés autour d’une structure architecturale en briques dont la forme générale est celle du losange. Agencée symétriquement, la composition foisonne d’éléments caractéristiques du collectif : créatures cagoulées, monstres, motifs ethniques africains, figures hybrides, oiseaux, etc. La scène centrale se déroule autour d’un feu duquel émanent des courbes de fumée qui se rejoignent dans le haut de la structure pour donner forme à un cyclope qui surplombe l’ensemble.

Proche d’une représentation mythologique, tel le Dieu hindou Shiva, la créature semble organiser le monde qui s’agite sous elle. Ce grand dessin sur papier est typique d’une période de leur travail qui a débuté en 2009. En effet, l’utilisation de structures auxquelles viennent se greffer leurs personnages a été un moyen afin de combiner leurs trois univers graphiques car chaque scène possède un espace propre. L’ossature architecturale apparaît en premier sur le dessin. Elle est réalisée au crayon et sa mise en noir vient finaliser la création. Chaque artiste vient inscrire dans un premier temps, toujours au crayon, sa réalisation au fur et à mesure de son passage dans l’atelier. Les membres du collectif se répondent quotidiennement en complétant au fur et à mesure la scène. Le résultat est une histoire dont le sens est créé par l’enchaînement des récits de chacun des trois artistes. L’emploi exclusif du noir correspond à une volonté des artistes de valoriser le dessin.

Si leur univers paraît habituellement joyeux au premier coup d’œil, ce dessin fait figure d’exception tant on perçoit instantanément son horreur. De nombreux personnages se vident de leurs viscères, d’autres ont l’air complètement soumis à ce qui peut s’apparenter à une divinité. Cette tour de Babel complexe et dense évoque, en fait, la caricature corrosive d’une humanité égarée.