Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

Voir plus

Banks Violette1973 (USA)

Les œuvres de Violette ont été exposées à l’étranger dans des galeries et des musées tels que le Whitney Museum of American Art à New York, le Centre des arts Yerba Buena à San Francisco, Schirn Kunsthalle Frankfurt, le Musée Boijmans van Beuningeng à Rotterdam et le Migros Museum à Zurich. Il a participé à l'exposition «Greater New York» au PS1 Center for Contemporary Art à New York et à «USA Today» à la Royal Academy de Londres. Ses œuvres figurent dans plusieurs collections de premier plan, notamment le Musée d’art moderne et contemporain de Genève, le Musée d’art contemporain de Los Angeles, la Saatchi Gallery de Londres et le MOMA et le Guggenheim Museum de New York. Il est représenté par la Team Gallery à New York, Blum & Poe à Los Angeles, la Galerie Maureen Paley à Londres et la Galerie Thaddaeus Ropac à Salzbourg.

Le death metal, les meurtres rituels et les suicides d'adolescents sont des points de départ pour Banks Violette. Son travail est remarquable pour la combinaison de références aux excès de la culture de la jeunesse avec une forme minimaliste, utilisant souvent des matériaux noirs brillants et blancs fantomatiques. Citant des exemples où les paroles de musique deviennent des facteurs instigateurs de la violence réelle, Violette évoque une sur-identification à la fiction, où fantasme et réalité sont flous. Par exemple, pour sa première exposition solo au Whitney Museum of American Art à New York, du 27 mai au 15 octobre. Le 2 juin 2005, Violette érige une reconstitution grandeur nature d’une église incendiée sur une scène noire, inspirée d’une image de la couverture d’un disque de black metal et entourée d’une partition Surround 5.1 composée par Thorns Ltd et composée des ambiances (www.thornsltd.no). Selon Violette, cette pièce est inspirée par une série d'incendies criminels commis par des passionnés de métal en Norvège, qui ont abouti au meurtre au couteau, en 1993, d'Øystein Aarseth, guitariste du groupe de black metal Mayhem de Varg Vikernes du groupe Burzum.