Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

Voir plus
Web Margaret HARRISON Anonymous Was a Woman 1977 1991 Exposition La Colère de Ludd BPS22 2020 Photo Leslie Artamonow jpg

Margaret HarrisonAnonymous Was a Woman (From Rosa Luxemburg to Janis Joplin), 1977-1991

RetourDétails
Scroll down button

Margaret HarrisonAnonymous Was a Woman (From Rosa Luxemburg to Janis Joplin), 1977-1991

Figure influente du mouvement de l’art féministe en Grande-Bretagne, Margaret Harrison détourne les hiérarchies entre les genres et réunit, dans son travail, sans distinction, histoire de l’art et culture populaire. Reprenant à son compte des stratégies du grotesque comme l’exagération, la parodie et la subversion, elle questionne avec humour les codes et stéréotypes cloisonnant les genres.

L’œuvre Anonymous Was a Woman, réalisée pour la première exposition européenne consacrée aux artistes femmes, à Berlin, en 1977, fait figure de panthéon féministe en rassemblant Rosa Luxemburg (militante socialiste et communiste assassinée à Berlin), Annie Besant (conférencière, féministe socialiste britannique qui prit part à la lutte ouvrière et milita pour l’indépendance de l’Inde), Eleanor Marx (ou Jenny Marx, écrivaine et militante socialiste britannique), Annie Oakley (l’une des femmes légendaires de l’ouest américain, célèbre pour sa redoutable précision au tir), Bessie Smith (chanteuse afro-américaine des années 1920), la fiancée de Frankenstein, Marylin Monroe et Janis Joplin (chanteuse américaine de blues morte en 1970). Toutes ont été des personnalités éminentes - fictives comme réelles - dans les domaines politique et culturel, toutes ont connu une fin de vie tragique et prématurée, témoignant d’une double violence structurelle, celle qui frappe les personnalités publiques féminines évoluant dans un monde d’hommes, et celle contenue dans l’invisibilité sociale imposée aux femmes. En rendant hommage à ces huit pionnières dont les actions peuvent être interprétées comme des gestes proto-féministes, Margaret Harrison, qui prolonge ainsi les réflexions développées par Virginia Woolf dans son essai Une chambre à soi, interroge la position occupée par les femmes artistes dans nos sociétés.