Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

Voir plus
Marcel DINAHET, "Famagusta-Varosha 1" (still film), 2009

SUSPENDED SPACES Marcel DinahetFamagusta-Varosha 1, 2009

RetourDétails
Scroll down button

SUSPENDED SPACES Marcel DinahetFamagusta-Varosha 1, 2009

Suspended Spaces est un collectif indépendant, mobile, à géométrie variable, composé d’artistes et de chercheurs aux compétences diverses (architectes, anthropologues, philosophes, sociologues, historiens de l’art, etc.). Procédant par déplacements, tant symboliques que géographiques, le collectif travaille à partir de sites historiques délaissés par la modernité et dont le devenir a été empêché pour des raisons de conflits politiques, économiques, historiques. Les cinq artistes ici exposés se sont particulièrement intéressés à la zone tampon qui divise l’île de Chypre en deux et au quartier de Varosha, la partie fantôme de la ville de Famagusta. En partie close, vidée de ses habitants en 48 heures, occupée par l’armée turque et gardée par les forces des Nations Unies depuis la fin du conflit armé entre les communautés chypriotes grecques et chypriotes turques, la ville est toujours inaccessible.

Depuis 1974, Famagusta est l’un de ces territoires “en suspens”. Marcel Dinahet (Famagusta-Varosha1, 2009) présente une image “ flottante ” en filmant discrètement le quartier de Varosha (Famagusta), derrière des barrières surveillées par l’armée turque.

L’histoire de Chypre est celle de guerres et d’invasions successives. Depuis l’Antiquité, l’île a été perse, romaine, byzantine, chrétienne puis turque. Mais l’histoire de Chypre n’est ni évidente, ni résolue, ni consensuelle. Suite à l’intervention de l’armée turque en 1974,l’île est coupée en deux (30% de l’île est turque chypriote).A Famagusta, depuis plus de 35 ans, des immeubles, des hôtels, des résidences de style moderne, inachevés parfois, offrent leurs carcasses aux regards. Les humains l’ont désertée. La faune et la flore s’y épanouissent. Non loin, de l’autre côté des barbelés, des complexes hôteliers prospèrent. La promiscuité de ces réalités compose l’étrangeté de la ville et fournit autant d’axes de questionnement.