Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

Voir plus
Jose Maria SICILIA La luz que se apaga 1998 detail

José María SiciliaLa luz que se apaga, 1998

RetourDétails
Scroll down button

José María SiciliaLa luz que se apaga, 1998

José María Sicilia travaille sur la lumière et mène une réflexion sur les limites de la peinture. Il va ainsi utiliser abondamment la cire et le papier qu’il mêle à l’huile pour créer une matière dense, translucide, qui paraît enfouir le sujet de la toile dans la structure du tableau et que seule la lumière peut toucher.

La luz que se apaga, que l’on peut traduire par « crépuscule », est un moment entre deux états où la perception est moins aisée. Ce qui intéresse l’artiste, c’est ce qui arrive après la disparition de la lumière. Cette fleur d’un rouge vif et intense ne peut pas être clairement identifiée. Est-ce un coquelicot, une rose ou une orchidée ? La forme de la fleur est aléatoire et se définit lorsque l’huile entre en contact avec la cire. La séduction fait place à une forme de mystère et d’étrangeté qui plonge le regard dans la matérialité du tableau.